Les instituteurs : en rang !
(de 1880 à 1980)

(Article paru dans Les Saisons de Bonnut n° 23)

Il y a ceux qui ne sont intéressés que par le présent et l’avenir et se moquent totalement du passé. Ils ne veulent pas être passéistes. Pourtant, ces deux parties du temps sont forcément liées, il est bien clair que pour comprendre l’avenir il faut avoir des connaissances sur ce qui a pu se passer, l’un découlant de l’autre, c’est l’histoire, et on va encore « s’en payer une tranche » ! tant pis pour ceux qui veulent la négliger. C’est pour cela aussi que je fais les poubelles de l’histoire. Récemment, je suis allée chercher dans les vieux registres de l’école (déposés en mairie), les maîtres d’école ayant exercé depuis les années 1880 jusqu’à 1980. En cent d’ans, on y voit beaucoup de mutations, on pourra donc se repérer sur ces jalons de notre histoire à nous.

Chaque petit mouvement qui s’est fait à Bonnut pourrait être analysé, il ne s’agit pas seulement du plaisir de se souvenir de son enfance et des moments gais ou malheureux, mais aussi de ce qui a pu faire notre village et pourquoi il deviendra comme ci et comme ça. Il a sa particularité bien à lui, il ne faudrait pas vouloir nier son évolution singulière pour le faire ressembler à n’importe quel village français ou, pourquoi pas, du monde.

Il est plus facile de pouvoir accueillir et d’aider à l’intégration les nouveaux habitants de la commune par l’intermédiaire d’anciens Bonnutiens qui se souviennent qu’eux-mêmes ont été, au cours des générations, implantés, à un moment donné ou à un autre, mais surtout, bien sûr, par l’école, lieu de rencontre des enfants et des parents. L’école, en les aidant à créer les bases fondamentales de leur avenir, leur laissera des souvenirs inoubliables qui les marquent encore.

La regenta, lo regent ou l’institutrice et l’instituteur, pardon, la maîtresse ou le maître d’école, pardon, les professeurs des écoles, laisseront le souvenir sévère de l’éducation morale et de l’autorité à coups de réglette sur les mollets (dia ! plus maintenant !), le bonnet d’âne ou les punitions pour les cancres, en plus de l’enseignement général (fractions, ensembles, épithètes et attributs, que nous avons déjà un peu oublié !), peu importe, il reste le souvenir des copines et des copains, la cour de récréation et tous ses jeux. Peut-être aurez-vous un jour l’envie de témoigner de ces temps passés ? Nous attendons vos récits avec impatience dans les Saisons de Bonnut !

À Bonnut, il y avait deux écoles : une à Saint-Martin, à la place de la mairie et de l’ex-poste, et en partie à l’emplacement de la nouvelle école, et une à Sainte-Marie, en face de chez Maître, dans le tournant (là où habitent M. et Mme Comte maintenant). Les garçons et les filles ont été mélangés à un moment donné pour ensuite se retrouver dans la nouvelle école, construite en 1956, là où nous la connaissons.

Et maintenant, pour le plaisir des anciens Bonnutots, rentrés dans la grande famille villageoise depuis de longues années déjà, un retour sur ces instituteurs* du village qu’ils, ou que leurs aïeux, se rappelleront peut-être. L’énumération est faite par année.

 

L’école du quartier Sainte-Marie

Suzy Noutary, titulaire.

Berthe Nougué née Charriez, titulaire.

François Bertière, titulaire, arrive pour enseigner à Bonnut le 8 octobre 1888, dans une 5e classe. Il est né le 16 février 1859 à Bonnut. Il sera élève de l’école normale de Lescar du 1er octobre 1875 au 16 juillet 1878. Sa première nomination sera le 1er avril 1879 à Lasclaverie. Suivront, avant son enseignement à Bonnut : Baïgorry (Urdos, le 1er octobre 1879), Ainharp (20 juillet 1881), Castagnède (15 octobre 1882), Bellocq (15 octobre 1883), Sault-de-Navailles (16 novembre 1886). Il quittera Bonnut pour enseigner à Préchacq-Josbaigt, le 1er octobre 1892.

Bernard Barrangou-Poey, titulaire, entrera à Sainte-Marie le 29 septembre 1892, pour enseigner la 5e classe. Il est né le 21 février 1862 à Laàs et sera élève de l’école normale au pensionnat de Monein. Il effectuera sa première nomination dans l’enseignement le 15 octobre 1881 à Louvie-Juzon ; Bugnein le 29 avril 1884 ; Narp le 22 octobre 1884 ; Mazerolles le 4 avril 1891 et Bonnut, qu’il quittera pour Charre, le 1er octobre 1898.

Adrien Pourtou, titulaire, arrive le 1er octobre 1898 et s’occupe de la 5e classe. Il est né le 23 décembre 1869 à Labastide-Monréjeau (canton d’Arthez-de-Béarn). Il fréquente l’école normale de Lescar du 1er octobre 1885 au 1er janvier 1888. Sa première nomination dans l’enseignement aura lieu un an après, le 1er janvier 1889. Il ira après à Etcharry, le 1er janvier 1889 ; Biarritz, le 16 mars 1889 ; Came, le 1er novembre 1891 ; Orthez, le 1er avril 1892 ; Pau, le 1er octobre 1898, Garris, le 1er avril 1898.

Lazarre Ladarré, titulaire, enseignera la 3e classe (sûrement entre 1898 et début 1901, parce qu’en avril 1901 il se trouve à l’école de Saint-Martin). Autres renseignements : voir à l’école Saint-Martin (ci-dessous).

F.-Victor Cazala, titulaire, arrive le 1er octobre 1902, il enseigne la 2e classe. Il est né le 9 septembre 1870 à Ramous. Il est élève le l’école normale de Lescar. Avant d’arriver à Sainte-Marie, il fera classe à Saint-Médard, les Eaux-Bonnes et Ramous. Il quittera Bonnut, le 1er octobre 1905.

Henri Laborde-Maisonnave, titulaire, entre à l’école Sainte-Marie le 1er octobre 1905, pour enseigner la 4e classe. Il est né le 12 décembre 1873. Il ira à l’école normale de Lescar du 1er octobre 1889 au 1er août 1892. Première nomination dans l’enseignement le 16 novembre 1892. Il enseignera à Arudy avant Bonnut Sainte-Marie. Il partira de Bonnut en février 1908 pour retourner à Arudy.

Bertrand Nougué, titulaire, arrive le 1er octobre 1909 ; il enseigne la 5e classe. Il est né le 3 juin 1885 à Moncaup. Élève de l’école normale de Lescar de 1901 à 1904. Première nomination dans l’enseignement : le 1er octobre 1904 à Urrugne, jusqu’au 30 septembre 1905, puis suivra Sault-de-Navailles du 1er octobre 1906 au 30 septembre 1908, Hendaye du 1er octobre 1908 au 30 septembre 1909 et Bonnut 1er octobre 1909. Il passera un an, du 1er octobre 1905 au 30 juillet 1906, pour faire son service militaire. Mobilisé, il quittera Bonnut, le 2 août 1914.

Hélène Ricarrère, titulaire, est là à la rentrée du 1er octobre 1920, elle s’occupe de la 4e classe promue au choix et ensuite la 3e classe le 1er janvier 1921 promue au choix, la 2e classe 1er janvier 1927 promue au choix et la 1re classe 1er janvier 1932. Elle est née le 14 juillet 1887 à Saint-Boès. Première nomination : le 1er octobre 1909. Elle ira à Arnéguy 1er octobre 1909, Arthez 19 février 1911, ensuite Bonnut qu’elle quittera le 1er octobre 1934 pour Saint-Boès.

Jeanne Fort, intérimaire, arrive le 8 octobre 1934. Elle est née le 4 décembre 1908 à Oloron.

Raymond Duforat arrivera, comme stagiaire, le 1er octobre 1935. Il est né le 15 mars 1915 à Bonnut. Il fréquenta l’école normale de Lescar du 1er octobre 1931 au 31 juillet 1934. Sa première nomination dans l’enseignement sera le 1er octobre 1935. Avant Bonnut, il enseignera à Licq (Larrau) à la rentrée du 1er octobre 1934.

Jean Lambert entre comme stagiaire le 16 octobre 1936. Il est né le 31 mai 1917 à Ramous et est élève de l’école normale de Lescar, du 1er octobre 1933 au 31 juillet 1936.

Jeanne Cazala, titulaire, entre à l’école de Sainte-Marie le 1er octobre 1937, pour enseigner la 6e classe. Elle est née le 4 novembre 1915 à Vielleségure, elle fréquentera l’école normale de Pau, du 1er octobre 1933 au 31 juillet 1936.

Henri Galos, titulaire, fait la rentrée du 1er octobre 1944, pour enseigner la 6e classe. Il est né le 30 octobre 1920 à Orthez. Élève de l’école normale de Lescar du 1er octobre 1939 au 15 janvier 1941. Première nomination : le 15 janvier 1941. Il enseignera à Lescar (1er janvier 1941), Doazon (1er mars 1941), Audejos (1er octobre 1941), Mendive (1er juillet 1941), Hélette (1er octobre 1941), et avant d’arriver à Bonnut, il effectuera des chantiers de jeunesse, du 1er novembre 1941 au 30 juin 1942.

Andrée Castillon, intérimaire, arrive pour enseigner le 18 octobre 1949. Elle est née le 14 août 1921, à Hendaye. Elle sera élève du collège de jeunes filles de Dax.

Denise Lavignotte, titulaire, arrive d’abord à l’école Sainte-Marie en 1944, avant d’enseigner à Saint-Martin en 1945 (voir aussi à l’école Saint-Martin). Elle est née le 11 juin 1920 à Orthez et sera élève de l’EPS de Pau et d’Orthez. Sa première nomination sera en septembre 1940. Elle enseigne à Sallespisse en 1942, Saint-Girons en 1943, Bonnut Sainte-Marie en 1944, avant de faire Bonnut Saint-Martin en suivant.

 

L’école du quartier Saint-Martin

Le premier nom rencontré est celui de Pierre Monralon, directeur, qui était déjà là en 1881, rien d’inscrit de plus sur lui.

L. Barangou-Poeys, rentrée le 1er octobre 1892 comme titulaire d’une classe de 5e, est née le 15 mai 1861 à Ossenx. Après avoir été élève du cours normal de Pau, du 1er octobre 1879 au 15 octobre 1883, elle enseigne d’abord dans les communes de Lagor (pour la rentrée du 15 octobre 1883), Athos-Aspis (3 avril 1885) et Charre (3 mai 1886).

Pierre Sauré entre à l’école de Bonnut comme titulaire le 16 décembre 1896 ; il a en charge une classe de 5e. Il est né le 27 janvier à Ousse. Il rentre à l’école normale de Lescar en 1887 et y reste trois ans. Il est nommé dans l’enseignement le 11 septembre 1891. Adjoint à Orthez le 11 novembre 1891, il est titulaire à Bonnut le 16 décembre 1896. Il part du village le 1er octobre 1902 pour Orriule.

Mademoiselle C. Crabos rentre comme stagiaire le 27 août 1889. Elle est née le 6 octobre 1869. Élève de l’école normale de Pau, du 1er octobre 1885 jusqu’au 30 juillet 1888, sa première nomination dans l’enseignement sera le 22 février 1889 à Bardos.

Élisabeth Roby entre à l’école Saint-Martin comme stagiaire, le 4 avril 1894. Elle est née le 27 février 1872 à Laà-Mondrans ; élève de l’école normale de Pau du 29 septembre 1890 au 29 juillet 1893, elle est nommé dans l’enseignement, à Came, le 10 octobre suivant, puis à Armendaritz, le 27 février 1894, avant d’arriver à Bonnut.

Lazare Ladarré entre comme titulaire le 16 avril 1901 et s’occupe de la classe de 3e. Il restera de longues années dans le village, puisqu’il ne partira que le 1er octobre 1923 pour prendre sa retraite. Il est né le 20 juin 1858 à Accous ; il sera élève du pensionnat annexé à l’école normale de Lescar avant sa première nomination le 1er mars 1877 à Eysus. Avant de finir sa carrière à Bonnut, il enseignera dans les écoles de Buzy (15 octobre 1877), Louvigny (1er novembre 1880), Claracq (13 février 1885) et Lourenties (29 mars 1886).

 

Sur l’ardoise il y a écrit « Bonnut ». En regardant attentivement la photo, on voit des affiches officielles sur le mur, c’est donc probablement le mur de la mairie. En regardant mieux, on peut lire une date : « mardi 21 février 1899 ». L’instituteur est donc M. Lazare Ladarré qui restera longtemps à Bonnut.
On peut donc penser que les garçons des rangs du haut ont fait la guerre de Quatorze, ceux qui en reviendront retrouveront cet instituteur en poste puisqu’il prendra sa retraite à Bonnut en 1923.
On comprendra qu’on n’a pu encore reconnaître tous ces enfants de Bonnut, pourtant, certaines ressemblances sont frappantes. Est-ce une illusion ? En tout cas trois d’entre eux ont été formellement reconnus, les deux frères, troisièmes assis à partir de la gauche, deuxième et premier rang, sont Armand et Georges Saint-Martin, tandis que celui qui porte l’ardoise sur ses pieds est Vincent Dupèbe
(photo, prise en 1903, de la collection René Dupèbe).

 


Madame ou mademoiselle Trébucq, dont on ne connaît pas grand chose ni même la date de sa première rentrée à Bonnut, quitte le village pour Ouillon à partir du 16 avril 1901.

Jeanne-Marie Ladarré, titulaire, débute à Bonnut le même jour que Lazare Ladarré (son mari ? ci-dessus), le 16 avril 1901, dans une classe de 4e. Elle terminera sa carrière le 1er octobre 1923, pour partir en retraite aussi. Elle est née le 3 janvier 1865 et a été élève du pensionnat annexé au cours normal de Pau. Sa première nomination dans l’enseignement est le 15 avril 1886, à Lourenties et, plus tard, Bonnut.

Yvonne Marzet, titulaire, entre le 1er octobre 1922 pour diriger une classe de 6e. Elle est née le 15 avril 1899 à Orthez, sort de l’école normale de Pau, qu’elle fréquenta du 1er octobre 1918 au 30 juillet 1921, pour intégrer après les grandes vacances son premier poste le 1er octobre 1921, à Burgaronne 1921, suit ensuite Bonnut.

Constance Mirande (née Haget), titulaire, entre à l’école de Saint-Martin comme directrice le 1er octobre 1923 et pour enseigner une classe de 3e. Elle est née le 24 octobre 1891 à Orion et fréquente l’école normale de Pau, du 5 octobre 1907 au 30 juillet 1910. Son premier poste sera le 1er octobre 1910 à Aramitz. Elle ira à Salies en 1912, encore Salies CC en 1922 et viendra à Bonnut l’année suivante.

Jean Mirande intègre l’école Saint-Martin à Bonnut le 1er octobre 1923, titulaire, il s’occupera premièrement d’une classe de 3e. Il partira le 30 septembre 1929 à Jurançon comme directeur. Il est né le 3 octobre 1890, à Salies-de-Béarn. Élève de l’école normale de Lavaux (en Gironde), de 1907 à 1910, sa première nomination sera le 1er octobre 1910, dans la commune de Le Porge (?), en Gironde ; il reviendra dans les Basses-Pyrénées, pour occuper un poste à Castetpugon (Basses-Pyrénées) le 1er octobre 1911 ; puis suivront Nay (1er octobre 1912) et Salies (1er février 1919). Notons quand même qu’il a obtenu les Palmes académiques à titre sportif !

Jeanne Laffitte (née Laher), titulaire, arrive le 1er octobre 1929 pour s’occuper d’une classe de 5e. Elle est née le 30 mai 1904 à Lahontan et fréquente l’école normale de Pau de 1922 à 1925. Elle commencera à enseigner le 1er octobre 1925. Après Orègue et Mialos, elle deviendra directrice à Bonnut.

René Laffitte, titulaire, arrive en classe de 4e, le 1er octobre 1929. Il est né le 17 février 1901 à Bérenx. Il fréquente l’école normale de Lescar de 1917 à 1920 et obtient sa première nomination le 1er octobre 1920 à Bidache-Batan ; il est adjoint dans l’école de Bidache-bourg le 1er octobre 1922. Après son service militaire (du 6 juin 1923 au 15 mai 1924), il enseigne à Ahetze (16 mai 1924), à Bardos comme adjoint (1er octobre 1924), à Séby (1er octobre 1927) et à Bonnut.

Louis Escapil-Inchauspé, titulaire, fait la rentrée du 1er octobre 1933 à Bonnut ; il s’occupera d’une classe de 5e, le 1er janvier 1932 (?, c’est ce qui est noté sur le registre), et ensuite d’une 4e, le 1er janvier 1936. Il est né le 9 août 1907 à Estérençuby. À l’école normale de Lescar de 1924 à 1927, il aura sa première nomination le 1er octobre 1927 à Monein. Suivent Biarritz (le 20 novembre 1927), Came (le 1er janvier 1927), Arnéguy (le 1er octobre 1928) et Bonnut, dont il part le 30 septembre 1944 pour devenir directeur de l’école de Bidart.

Marie-Louise Escapil entre comme stagiaire à l’école le 1er octobre 1933. Elle est née le 26 octobre 1912. Elle est élève de l’école primaire supérieure de Bayonne. Sa première nomination est à Anhaux, le 1er octobre 1930 ; elle ira à Urdos (St-Étienne-de-Baïgorry) le 23 février 1931, Laressore le 25 février 1931, Uhart-Cize le 2 mars 1931 et Arnéguy (Ondarolles) le 1er octobre 1931.

Pierre Bellocq est titulaire ; après Labastide-Cézeracq, où il est resté d’octobre 1943 à juillet 1944, il arrive à Bonnut le 1er octobre 1944, pour s’occuper d’une classe de 6e. Ensuite, il instruit une classe de 5e (le 1er janvier 1947), puis une classe de 4e (le 4 janvier 1950). Il partira de Bonnut pour Saint-Pierre-d’Irube en 1958. Il est né le 8 octobre 1920 à Pau. Il sera élève de l’ITP de Lescar de 1942 à 1943. Sa première nomination dans l’enseignement sera le 11 octobre 1939.

L’école de Sainte-Marie vers 1930.
De haut en bas et de gauche à droite :
Premier rang en haut : Pierrot Lahitette, Raymond Hourcade, Clément Sabatté, Robert Laborde, Charlotte Labat, Adèle Susbielles, Odette Molia, Augusta Ducasse.
Deuxième rang debout : Noël Lagière, Roger Laborde, Raymond Darmana, Jeannot Lagière, Marcel Costadoat, Thérèse Vignolles, Fernande Costadoat, Odile Peube, Gilberte Laborde, Madeleine Hourcade, Suzon Molia.
Troisième rang assis : une fillette, Simone Convert, Simone Dufourcq, Adrienne Dubrasquet, Henriette Vignolles, la petite Flous, Raymonde Laborde, Robert Pendanx, Alfred Fort.
Quatrième rang assis par terre : René Vignolles, Abel Hourcade, Gilbert Molia, Robert Flous, Gilbert Duboscq, Jeannot Duboscq, Maurice Ducasse, Tite Peube. On peut remarquer que les garçons sont polis, ils ont ôté leur béret.


Denise Lavignotte,
titulaire, entre à l’école Saint-Martin, le 1er octobre 1945, après avoir enseigné à Sainte-Marie en 1944, elle ira à l’école Saint-Martin où elle s’occupera de la classe de 6e, celles de 5e le 1er janvier 1948, de 4e en janvier 1952 et de 3e en janvier 1956. Elle est née le 11 juin 1920 à Orthez et sera élève de l’EPS de Pau et d’Orthez. Sa première nomination sera le en septembre 1940. Elle enseigne à Sallespisse en 1942, Saint-Girons en 1943 et Bonnut Sainte-Marie, en 1944, avant de faire Bonnut Saint-Martin

Max Schvoerer, titulaire, commence à Bonnut le 1er octobre 1958. Il enseignera une classe de 1re (1er janvier 1959), de 2e à partir du 1er juillet 1960. Il est né le 27 septembre 1937 à Galapian (Lot-et-Garonne). Il est élève à l’école normale de Lescar de 1954 à 1958. Sa première nomination sera à Araujuzon, du 1er octobre 1957 au 31 octobre 1957 ; suivra le collège Saint-Cricq à Pau, du 1er novembre 1957 au 14 juillet 1958. Il est aussi noté qu’il sera en maladie du 21 octobre 1960 au 27 janvier 1961 (remplacé pendant ce laps de temps par Jean-Paul Sempé ? voir plus loin).

Raymonde Schvoerer, titulaire, arrive le 1er octobre 1958, elle repartira le 10 juillet 1962. Née le 5 janvier 1938, elle fera partie de la promotion de 1954 à 1958 de l’école normale de Pau. Ce sera sa première nomination dans l’enseignement. Elle interrompra son travail du 1er novembre 1958 au 6 mars 1959, pour cause de maternité.

Jacqueline Toledo, enseignante titulaire, arrive le 1er octobre 1958. Elle est née le 4 août 1936. Elle est élève à l’école normale de Pau de 1954 à 1956 et entre dans l’enseignement le 1er octobre 1956. Elle enseigne à Came, Castillon, Saint-Boès, avant d’arriver à Bonnut.

Jean-Paul Sempé entrera à Bonnut le 4 novembre 1960 et y restera jusqu’au 26 janvier 1961, en remplacement de Max Schvœrer ? (en longue maladie du 21 octobre 1960 au 27 janvier 1961). Il est né le 13 juin 1937. Sa première nomination était le 16 septembre 1960, à Pau.

Jean-Claude Iriartégoïty fera un remplacement aussi, il entrera à Bonnut le 10 novembre 1961. Il est né le 21 octobre 1939, à Licq-Atherey. Sa première nomination aura lieu le 13 octobre 1959 ; il enseignera au collège d’Orthez, au collège d’Oloron, au lycée de Mont-de-Marsan (maître internat), au CEG de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Georgette Baziard, titulaire, intègre notre école le 15 septembre 1961, pour enseigner en cours préparatoire. Elle est née le 22 octobre 1936. Elle entre dans l’enseignement le 12 novembre 1956. Elle est institutrice dans les école de Conchez, Angaïs, Araujuzon, Lannecaule, Lanneplaà, Moncaup, Corbères, Mesplède et Chèze, avant d’arriver à Bonnut, dont elle partira en juillet 1968 pour l’école de filles de la Chaussée-de-Dax.

Raymond Francès, titulaire, arrive à Bonnut le 9 février 1962, il enseignera dans une classe de 3e. Il est né le 11 mars 1938 à La Caunette (Hérault). Il fréquentera l’école normale d’Auch, de 1954 à 1958, comme élève-maître. Son premier poste sera à Eauze (Gers), du 1er octobre 1958 au 1er novembre 1969.

Jean Moncla a fait sa rentrée à Bonnut comme remplaçant le 16 septembre 1962, stagiaire le 1er décembre 1962 et titulaire le 1er décembre 1963 ! Il est né le 22 mars 1935 à Louvie-Juzon. Sa première nomination était le 16 décembre 1959.

Laure Moncla, titulaire, arrive à Bonnut pour la rentrée, le 24 septembre 1962, elle s’occupera de la classe enfantine. Elle est née le 13 avril 1935. Sa première nomination sera le 1er octobre 1955. Elle ira dans les école de Sauveterre, Abos, Gouze, Monein, Castet, Iholdy et Bonnut, dont elle repartira pour aller enseigner à l’école des Lauriers (Guillemin) à Pau, en septembre 1980.

Pierre Bacqué est entré comme stagiaire à Bonnut le 19 septembre 1963, pour sa première nomination, et comme titulaire le 1er janvier 1964. Il est né le 4 avril 1944 à Lagor. Il sera élève de l’école normale de 1959 à 1963.

André Marladot, titulaire, entrera à l’école de Bonnut le 17 septembre 1964. Il est né le 28 janvier 1942 à Orthez. Sa première nomination dans l’enseignement est le 16 septembre 1961. Il enseignera à Balesmes (J. et L.) en 1961-1962, à Puyoô en 1962-1963, avant Bonnut en 1964.

Madeleine Labastie, titulaire, enseigne à Bonnut à partir du 23 septembre 1968. Elle est née le 23 mai 1941. Première nomination : le 15 septembre 1961. Elle enseignera à Chumerie (Nord), l’IA Pau, Argagnon et Orthez. Elle partira de Bonnut pour aller à l’école de Sainte-Suzanne.

Danielle Lataste, titulaire, arrive le 8 septembre 1969. Elle est née le 26 avril 1948. Elle était élève à l’école élémentaire de Pau, promotion de 1964 à 1968. Sa première nomination est le 15 septembre 1967. Elle enseignera à Mourenx en 1967-1968 et à Doazon en 1968-1969.

Victoire Castejon, normalienne sortante, est entrée le 10 septembre 1970 à Bonnut. Elle est née le 6 décembre 1948. Elle fréquente l’école normale de Pau, promotion de 1965 à 1970. Première nomination dans l’enseignement à Bonnut, dont elle partira le 30 juin 1971.

Michel Labarthe arrive à Bonnut le 13 septembre 1971. Il est né le 13 février 1946 à Salies-de-Béarn. Il fait des remplacements dans le département de février à juillet 1967, et enseigne deux ans au collège de Saint-Palais (en 1967/1968 et 1968/1969). Il occupe un poste de jeunes (Francas) en 1970/1971. Titularisé dans sa première année à Bonnut, il quittera le village au bout de quinze ans, en 1986, pour enseigner un an à Baigts et terminer sa carrière à Salies, où il passe sa retraite.

Bernadette Labarthe, titulaire, arrive à Bonnut le 13 septembre 1971. Elle est née à Salies le 1er septembre 1949 et fait l’école normale à Pau, promotion de 1965 à 1970. Sa première nomination est le 10 septembre 1970, à Orriule, jusqu’en 1971.

Françoise Clavères, titulaire, enseigne à Bonnut le 8 septembre 1980. Elle est née le 4 septembre 1953. Elle fait l’école normale de Pau, promotion de 1968 à 1973. Première nomination dans l’enseignement : le 27 mai 1973. Détachée en Angleterre de 1973 à 1974 ; bilinguisme anglais à Orthez (Chaussée-de-Dax, Départ) de 1974 à 1980. Elle enseigne aussi les rudiments de l’anglais à ses élèves de Bonnut. Elle partira pour la maternelle de Mazères-Lezon le 27 juin 1985.

Je m’arrêterai pour cette fois-ci, non seulement on pourrait continuer là la liste — ça sera bien fait un jour par un téméraire, je l’espère bien ! —, mais en plus il y aurait tant à dire sur quelques-uns d’entre eux ci-dessus, qu’ils leur faudraient une rubrique spéciale à chacun ; d’ailleurs, certains noms ont déjà été mentionnés dans les Saisons de Bonnut, dans divers articles concernant les associations bonnutiennes.

Colette LAMAISON

*) Je n’ai pas mis leurs diplômes (ils sont mentionnés aussi dans les registres), car ils étaient tous à peu près identiques : brevet élémentaire, brevet supérieur, certificat d’aptitude pédagogique, certificat d’aptitude gymnastique…